Greetings from Corellia / 23ATC

corellia

Une barge flottante en maintenance percute la façade d’un immeuble / 23ATC

barge2

Alors qu’un  grave accident de barge flottante avait déjà eu lieu il y a 2 mois en faisant 48 victimes, un nouveau drame est survenu la nuit dernière dans un quartier isolé des niveaux inférieurs de Nar Shaddaa. La barge en question, en cours de maintenance, s’est décrochée de ses amarres et a dérivée 300 mètres plus bas avant de reprendre son cours et percuter la façade d’un immeuble désaffecté. Endommagée, la péniche a ensuite glissée le long du bâtiment avant de se stabiliser. On ignore les raisons de cet incident mais les autorités de la zone ont découverts à bord le corps d’un certain Mott, dit « Le Clou », gérant d’une entreprise de maintenance du parc de barges flottantes shaddiennes et connus comme étant le chef d’un gang locale. D’autres corps ont également été retrouvés, écrasés sur les toits plats des bâtiments alentours. Les victimes, des portes-flingues membres du gang du Clou, sont tous morts sur le coup dans leur chute.

La chanteuse Loom’e contrainte d’ajourner ses concerts. / 23ATC

strates tour2

La Drogovah Mix Box a annonçé aujourd’hui que les dates de concerts du Nar Shaddaa Strates Tour de Loom’e seraient ajournées suite à un problème de santé de la chanteuse survenue dans des circonstances nébuleuses. D’après les premières rumeurs, il semblerait que l’artiste ait eu un accident lors d’une sortie nocturne, bien qu’aucune autre information n’a été communiquée jusqu’ici. Le studio qui la produit a cependant rassuré son publique sur son état de santé : « Loom’e est en convalescence avec une côte cassée et quelques ecchymoses, ce qui l’empêchera de se produire pour les semaines à venir. Elle se remet petit à petit et est désolée d’avoir à annuler sa tournée jusqu’à nouvel ordre. Un numéro sera mis en place pour le publique souhaitant le remboursement de leur billet » a déclaré son agent à la Drogovah Mix Box.

Loom’e entendue par une commission républicaine dans une affaire d’espionnage/23 ATC

spy

Nous apprenons ce soir que mademoiselle Katzah Dolovh’ian, plus connue sous le nom de Loom’e, a été entendue par la commission spéciale de la Sécurité Républicaine de Coruscant dans le cadre d’une enquête relative à l’affaire du Rapport Kall.

Le rapport Kall fut produit par la Commission Spéciale sur la Sécurité Républicaine de Coruscant au sujet des préoccupations militaires concernant l’Armée Impériale avant Zakel. Ce comité spécial avait été créé afin d’établir si de la technologie ou de l’information liée à la création d’armes de destruction massive avait été transférée depuis les laboratoires de recherche militaire de la république par des agents doubles vers la station de Skaross au bénéfice de l’armée impériale. Deux des rapporteurs de la commission républicaine furent à l’époque assassinés et bien que l’affaire remonte à plusieurs années, Maximilian Koldias, le juge en charge de l’affaire et qui perdit un de ses fils dans le drame a décidé récemment de ré-ouvrir l’enquête.

Mademoiselle Dolovh’ian, fille du contre-amiral Adreko Dolovh’ian et sœur de Yorn Dolovh’ian, dont il fût établis qu’il œuvrait pour les services secrets impériaux, a été convoquée par la commission alors qu’elle était de passage sur Coruscant ces derniers jours. D’après les premières rumeurs, il semble ironiquement qu’il s’agisse de Yorn Dolovh’ian, le frère de la star du show bizz qui soit visé, alors que ce dernier a péri durant les deux dernières années de l’occupation Zakellienne. Si la culpabilité de feu Yorn Dolovh’ian est cependant établie, les autorités républicaines conduites par le juge Koldias pourraient réclamer jusqu’à 5 millions de crédits standard galactiques à la famille Dolovh’ian d’Alderande à titre de dommages posthumes. Interrogée par les médias à la sortie de son entrevue avec le juge Koldias, mademoiselle Dolovh’ian qui était accompagnée de son avocat, s’est montrée combative et a déclaré dans une menace à peine voilée : 

« Je suis navrée que Monsieur Koldias ait perdu un de ses fils, je sais ce que c’est que de perdre un proche. Mais je déplore qu’il s’acharne sur ce qui reste de ma famille. Mon frère est mort, mon père est mort lui aussi et ces dernières années passées sous le joug de Zakel ont fait souffrir beaucoup de gens. Si Monsieur Koldias veut utiliser cette affaire vieille de plus 7 ans, et à laquelle je suis totalement étrangère, pour soutirer de l’argent à ma famille, je veux qu’il sache que nous ne resterons pas sans réagir. Il y a beaucoup de « cadavres » qui demandent à refaire surface, aussi bien du côté impérial que du côté républicain. Je le sais… vous le savez, et je pense que Monsieur Koldias devrait en être lui aussi conscient. »

D’autres témoins, comme le secrétaire de Markal Jooda, un ancien diplomate autrefois en poste sur Dromund Kaas, ont également été convoqués par la commission pour être entendus. 

 

The Lerry Ardixon Show : Loom’e, l’interview sans concession. / 23ATC

interview loome2

C’est dans le quartier rouge, sur la terrasse de l’Atom Café aménagée en plateau pour l’occasion que Loom’e a accordé une longue interview au célèbre chroniqueur Lerry Ardixon à l’occasion de la sortie de son triple holodisc « 0667 strates », produit une nouvelle fois par la Drogov’ah Mix Box, dont les studios sont installés à quelques blocs de la cantina où ils se sont retrouvés. Dans la pure tradition du Lerry Ardixon Show, Loom’e s’est livrée sans concession au jeu des questions et des réponses, discourant sur ses origines et son arrivée sur Nar Shaddaa il y a 10 ans, tout en se confiant sur ses projets musicaux passés et présents.

0667 strates_cover

Lerry Ardixon : Salut les Shaddiiiiens ! (applaudissements) Bonsoir et merci de nous accorder cette interview Loom’e. Vous avez accepté de jouer le jeu et de répondre à toutes nos questions, alors je vous propose de commencer dès maintenant. « 0667 strates », votre nouvel holodisc a été accueillis avec une critique très positive dans la presse Shaddienne, et même au-delà, je fais notamment référence à l’article élogieux de l’hebdo musical de Coruscant Drum’n'Kloo. Alors, le fait est qu’on vous connaissait surtout comme interprète, et même si des noms prestigieux de la scène composaient pour vous, cette fois, c’est vraiment de votre bébé dont il s’agit n’est ce pas ? 3 titres écris et composés par vos soins, ça fait écho au morceau que vous aviez signé l’an dernier lors de votre collaboration avec Dorian K ?

Loom’e : Bonsoir à tous… oui, cette aventure artistique avec Dorian l’an dernier a été une sorte de déclic pour moi. Sa façon de travailler est très inspirante. Et après notre longue tournée dans les mondes du noyau, j’ai eu une envie très forte d’écrire et de composer. J’ai passé quelques mois chez moi sur Coruscant, et là, ça a été une catastrophe. Rien ne sortait. Alors j’ai décidé de bouger et de retourner sur Shaddaa. J’avais besoin de vivre des choses à nouveau. De sortir, et de me nourrir de la faune et de l’ambiance de cette lune.

Lerry Ardixon : Loom’e, beaucoup de rumeurs ont couru sur vous l’année dernière, après votre tournée galactique. Notamment sur votre état de santé. Un mot à dire à ce sujet ?

Loom’e : Oui j’ai lu et entendu beaucoup de choses… Il se trouve que la tournée a été épuisante pour moi, et pour tout le monde d’ailleurs. Je suis tombée malade et j’ai été hospitalisée sur Coruscant peu de temps après. La machine à rumeurs s’est alors mise en route.

Lerry Ardixon : Je vois. On peut donc rassurer vos fans, vous vous portez bien aujourd’hui ?  

Loom’e : Je suis toujours vivante oui.

Lerry Ardixon : Bien, alors… Loom’e, la question que tout le monde se pose : pourquoi 0667 strates ? C’est le nombre de lignes que vous avez sniffé ce mois-ci ? (rires)

Loom’e : Roooh… ça y est, il sort ses missiles. Non ça fait plutôt référence aux différentes strates de nos personnalités en fait, et c‘est aussi le niveau le plus bas de Shaddaa ou je suis allée me balader ces derniers mois.

Lerry Ardixon : Ouais, on imagine que vous avez dû assister à des trucs de ouf en vous aventurant dans les tréfonds de Shaddaa ? Une anecdote ?

Loom’e : Oh j’en aurais des tas. Non, ce que je peux dire, c’est que les gens qui vivent en surface n’imaginent sans doute pas une seconde ce qui se passe dans les profondeurs. C’est un cocktail de violence et de misère mais aussi d’entraide et de système D. Et tout ça pulse d’énergie et de créativité, aussi bien au niveau artistique que lorsqu’il s’agit de survivre.

Lerry Ardixon : Comme piquer des trucs dans les centres commerciaux ? (rires) 

Loom’e : Vous devriez arrêter de lire les tabloïds Lerry. 

Lerry Ardixon : Quoi, c’est encore une fausse rumeur cette histoire de vol Loom’e ?

Loom’e : J’ai simplement oublié de régler mes achats en sortant, ça arrive non ? Et j’ajoute que les vigiles se sont montrés particulièrement odieux. Bref, tout ça se réglera au tribunal.

Lerry Ardixon : Bon, Loom’e, vous êtes originaire d’Alderande. Je crois qu’on peut le dire, issue d’une famille de la petite noblesse dont le nom fut sujet à controverse. De par votre père en l’occurrence, feu le contre-amiral Adreko Dolov’hian, qui a servis dans l’armée impériale sur le croiseur « l’Incandescent » bien avant Zakel. Ces origines particulières, ça n’a pas été une entrave pour embrasser la carrière qui est la votre ?

Loom’e : Pas vraiment non, même si je n’ai jamais caché mes origines. Ceci étant dis, si je n’avais pas fuguée alors que j’avais à peine 18 ans à l’époque, pour venir ici sur Shaddaa, mon destin aurait sans doute été très différent.

Lerry Ardixon : Ouais, sans aucun doute. Qu’est ce qui vous a poussée à fuguer et à quitter la vie qui vous attendait sur Alderande ? L’envie d’aventures ?

Loom’e : Je crois qu’on peut dire ça en effet.

Lerry Ardixon : Vos débuts ont été difficiles sur Shaddaa ?

Loom’e : Je vais être franche avec vous puisque vous abordez le sujet Lerry. Quand je suis arrivée sur Nar Shaddaa il y a 10 ans avec un contrebandier, je connaissais pas grand chose de la galaxie, et encore moins l’espace Hutt. Je l’ai appris à mes dépends c’est vrai.

Lerry Ardixon : Ouais, vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Loom’e : Eh bien, une fois le beau contrebandier envolé, je me suis retrouvée seule ici et j’ai dû me débrouiller moi aussi. Et j‘ai fais quelques erreurs de parcours si c’est ce que vous voulez me faire dire.

Lerry Ardixon : Vous vouliez déjà chanter à l’époque ?

Loom’e : Oui, mais j’étais sans doute encore un peu naïve et j’ai pas croisé les bonnes personnes tout de suite.

Lerry Ardixon :  Comme beaucoup sur Nar Shaddaa. C’est là que vous avez eu vos premières déconvenues ? Vous faites référence à la période Jeeg’holovids par exemple ? 

Loom’e : Ah, je me disais bien que ça allait venir sur le tapis à un moment.

Lerry Ardixon : Loom’e vous êtes en direct, le mieux c’est d’assumer. (rires)

Loom’e : Mais j’ai toujours assumé Lerry, y a pas de problème. D’ailleurs, j’appelle pas ça une déconvenue à vrai dire, on m’a jamais mis le couteau sous la gorge. Mais j’étais jeune, j’abusais un peu sur l’épice à l’époque, et je me suis retrouvée embarquée dans des projets d’holovidéos qui se voulaient artistiques au départ, mais qui ne le sont pas restés longtemps, je vais pas vous faire un dessin. Au bout d’un moment voyant la tournure que ça prenait, je me suis dis que c’était pas exactement ce que j’avais en tête en quittant Alderande.

Lerry Ardixon : Ouais, alors à propos de dessin, on a retrouvé un tableau de vous figurez-vous. Enfin, quand je dis « de vous », je veux dire que vous êtes dessus. Il est signé de Korian Klostov, un peintre contemporain dit « réaliste » de Shaddaa. Vous étiez pas encore célèbre à cette époque, vous avez servis de modèle à beaucoup d’artistes comme ça ? 

Loom’e : Ah oui, celui là date d’il y a dix ans à peu près. J’étais sur Shaddaa depuis assez peu de temps. C’est assez moche d’ailleurs, si vous voulez mon avis. Désolée M’sieur Klostov hein. 

tableau2

Lerry Ardixon : Ah ben il va être content le peintre. Et les deux filles là, c’est qui, des copines à vous ? Vous aviez vu que la togruta essayait de vous piquer votre soutien-gorge ou pas ? (rires)

Loom’e : Ah ah… Non, je les ai croisées dans l’atelier de l’artiste une ou deux fois mais, il avait l’habitude de nous faire poser séparément en fait. On avait chacune nos plages horaires du coup. Il était assez maniaque si je me souviens bien, et il avait mauvaise mémoire aussi. Surtout quand il devait nous régler nos séances de pose.

Lerry Ardixon : Ah, pas bien ça, Monsieur Klostov. Alors revenons à l’holovideo… c’est sur un de ces tournages que vous avez rencontré le fameux capitaine Zatt de l’armée républicaine ? Enfin, l’ex capitaine je devrais dire ?

Loom’e : Quoi ? Mais non… pas du tout enfin ! (rires) 

Lerry Ardixon : Ah non… autant pour moi. C’est ma prochaine invitée ça. (rires) Loom’e, l’épice, parlons en. C’était vraiment un problème pour vous à l’époque hein ?

Loom’e : Eh bien… ça l’est devenu au bout d’un moment oui. J’étais plus vraiment moi-même, un jour vous vous croyez là-haut, dans le firmament, mais le lendemain la descente fait peine à voir. 

Lerry Ardixon : Ouais… enfin ça va, vous avez gardez le teint frais pour une ex-junkie. Vous avez un bon chirurgien esthétique ? (rires)

Loom’e : Ouah… c’est de la cortose qu’il faut porter pour vos interviews Lerry. Et sinon, on va parler musique à un moment ? 

Lerry Ardixon : Ah, vous connaissez ma devise Loom’e : plus je suis fan, plus je vanne. Blague à part, vous aviez conscience de la tournure que prenait votre vie à ce moment là ?

Loom’e : J’y ai mis un certains temps, j’étais prise dans une sorte de tourbillon. Et puis j’ai réalisé que j’étais en train de couler lentement. Alors j’ai coupé tous les ponts et je me suis remise à courir les castings, à envoyer des maquettes vocales aux studios de Shaddaa. Quelques temps plus tard, un producteur de la Drogov’ah Mix Box m’a rappelée.

Lerry Ardixon : Ouais, ça a été un tremplin décisif pour vous, cette rencontre. Mais… Loom’e, la Drogov’ah elle-même est assez controversée non ? Ces studios appartiennent à Drogo le Hutt, qui ne produit pas que des artistes. Si on en croit les rumeurs, il a aussi une passion pour le trafique d’épice, et je m’arrêterais là… J’ai pas envie qu’on retrouve mon cadavre dans une ruelle avec un sac sur la tête. (rires)

Loom’e : Comme je l’ai souvent dis, Shaddaa est pleine de rumeurs. Je me contente de faire de la musique en ce qui me concerne.

Lerry Ardixon : Pourtant, on se souvient de la mort suspecte de Jordan Plix il y a une dizaine d’années, un compositeur travaillant avec la Drogov’ah notamment. Et qui a d’ailleurs composé votre premiers titre. Une victime de la faune locale de Shaddaa à votre avis ? Ou alors vous étiez pas satisfaite du morceau qu’il avait écris pour vous ? (rires)

Loom’e : Jordan avait beaucoup de talent, mais c’était un véritable flambeur. Et il avait de grosses dettes de jeu d’après ce qu’on m’a dit. Deux ingrédients qui peuvent facilement vous attirer des ennuis sur cette lune.

Lerry Ardixon : Mais vous étiez vous même chasseuse de primes à l’époque ? C’est pas vous qui avez honoré le contrat par hasard non ? (rires)

Loom’e : Je ne l’ai été que quelques mois en réalité, et c’était après la mort de Jordan. Mon précepteur sur Alderande m’avait appris à manier le blaster, une idée de mon père…

Lerry Ardixon : Mais qu’est ce qui vous a poussée à entamer une carrière dans ce domaine ? C’est très éloigné du monde de la musique, c’est le moins qu’on puisse dire. Vous vouliez mettre les producteurs indésirables sous carbonite ?

Loom’e : Ah ah… non, comme vous le disiez, l’envie d’aventures. J’étais accroc à l’adrénaline à l’époque. Mais la vie de chasseuse de primes comportait des risques incompatibles avec les contrats artistiques qu’on commençait à me proposer. Mon choix a été vite fait.

Lerry Ardixon : Ouais… mais quelques mois, ça laisse le temps de remplir des contrats. Vous gardez quel souvenir de cette expérience ?

Loom’e : Franchement ? C’était intense. Ca et la scène, c’est sans doute les deux expériences dans ma vie où je me suis sentie vraiment vivante.

Lerry Ardixon : Et c’est allé jusqu’où concrètement ? Vous êtes allée au feu ? A coups de blasters ?

Loom’e : Mh… oui oui, c’est arrivé. Sur Nar Shaddaa d’ailleurs, et Nal Hutta aussi. J’ai même eu une période un peu conflictuelle avec des mandaloriens.

Lerry Ardixon : Ouaaah… Loom’e, je vous imagine avec une paire de blasters en train de tirer dans tous les coins, piooouuu piouuuu piouuuu ! Ca devait être super sexy nan ? (rires)

Loom’e : (rires) Oui ben… j’étais pas la seule à tirer, je vous prie de le croire. 

Lerry Ardixon : Ouais on imagine. Au pire, vous auriez pu chanter pour les distraire un peu. (rires) Loom’e, Est ce que la  tentative d’assassinat dont vous avez été victime à une époque est liée à cette période de votre vie ?

Loom’e : Eh bien… on a jamais trouvé l’auteur, ça restera donc un mystère.

Lerry Ardixon : Certains disent que les services secrets impériaux seraient pas étrangers à l’affaire. Vous démentez ?

Loom’e : Catégoriquement oui. J’ai déjà répondu maintes fois à cette question, relisez mes interviews. 

Lerry Ardixon : Ah là… Loom’e, vous m’obligez à sortir un biscuit. Comme on peut le voir sur cette holo image, Yorn Dolov’hian, votre frère, a fait partie des services secrets impériaux non ? Où c’est juste qu’il aimait les uniformes ?

bro

Loom’e : Je n’ai pas revu mon frère depuis mon départ d’Alderande, je peux pas vous dire. Et je suis pas une spécialiste des uniformes. Je sais qu’il a fait une carrière dans l’armée comme mon père mais…

Lerry Ardixon : Ouais enfin, il pourra ni confirmer ni infirmer vu qu’il est tombé pendant Zakel, c’est ça ?

Loom’e : Oui, en effet… 

Lerry Ardixon : Je vous sens un poil émue sur coup là Loom’e. Ca va, on peut continuer ?

Loom’e : Pas de problème.

Lerry Ardixon : Okay… Alors quelle relation vous aviez avec votre frère depuis tout ce temps ? Vous aviez totalement coupé les ponts avec ?

Loom’e : Oui pour ainsi dire. J’ai d’excellents souvenirs d’enfance de lui, Yorn a toujours été… très protecteur. Mais on s’est brouillés à vie dès lors que j’ai quitté Alderande. Il n’a jamais accepté le fait que j’abandonne la famille, et encore moins mon parcours professionnel je crois.

Lerry Ardixon : Je vois ouais. Bon, à propos de Zakel justement, ça a été un peu la traversée de la mer de dunes pour vous non ? Vous avez fait quoi pendant tout ce temps ? 

Loom’e : Eh bien… j’ai voyagé, je suis retournée sur Alderande, j’ai revu ma mère, et des gens que je n’avais pas vus depuis longtemps. Je me suis mariée aussi.

Lerry Ardixon : Ouais, alors l’heureux élus c’est une pointure de l’industrie Corellienne si je ne m’abuse, c’est ça ?

Loom’e : C’était oui. On a divorcé depuis. (rires)

Lerry Ardixon : Pourquoi ça m’étonnes pas ? (rires) Bon… Revenons aux morceaux de l’HD si vous le voulez bien Loom’e. Alors nous franchement, on a écouté et on a adoré. Ca envois du son et votre voix sur certains morceaux, c’est du genre à faire péter la braguette d’une momie sith. (rires)

Loom’e : Vu comme ça c’est un peu flippant mais…

Lerry Ardixon : Loom’e, soyez pas rabat joie, parce qu’au sujet de votre relation avec les siths, j’ai d’autres biscuits en réserve hein. (rires)

Loom’e : Lerry, vous êtes délicieusement inquisiteur.

Lerry Ardixon : Mais venant de vous, je prends ça comme un compliment ma chère. Alors Loom’e, vous pouvez nous parler un peu de la façon dont vous avez travaillé et abordé ce projet ?

Loom’e : Oui, techniquement, j’avais envie d’expérimenter un peu les sons. J’ai une sorte de hobby qui consiste à acheter des synthétiseurs et des séquenceurs vintage aux enchères sur HoloBay. J’en ai toute une collection, et ça commence à prendre beaucoup de place d’ailleurs… J’ai donc commencé à travailler sur ces machines, en particulier sur un « OB1 Prophet », une machine à double clavier avec filtres et oscillateurs et doté d’une tessiture de sons très particulière. Tout ça a contribué à donner le ton aux morceaux que j’avais écris.

Lerry Ardixon : Ca se ressent à l’écoute ouais. On sent également que la voix a été travaillée différemment comparés à vos anciens titres hein ?

Loom’e : Absolument. Je me suis rendue compte que ce que j’avais composé nécessitait une autre façon d’utiliser ma voix. Et l’idée d’expérimenter de nouvelles pistes de ce côté m’a vraiment excitée. Mon coach vocal avait émis l’idée de placer la voix un peu en retrait… et de chanter les morceaux dans une sorte de murmure amplifié, sans faire dans la surenchère. J’ai vite réalisé que c’était exactement ce qu’il fallait.

Lerry Ardixon : Alors parlons du troisième morceau, le plus expérimental, et si je devais la qualifier, je dirais… survitaminé ? Loom’e, franchement… on compose pas un morceau pareil sans être sous épice, si ? (rires)

Loom’e : Disons que je l’ai composé une nuit, après une longue virée dans des clubs des niveaux inférieurs, je n’arrivais pas à dormir et…

Lerry Ardixon : Ouais, c’est bien ce que je dis. (rires)

Loom’e : Bref… le morceau est sortis d’une traite quasiment. J’avais noté quelques paroles sur un mouchoir en papier cette nuit là, je me suis contentée de les murmurer et de faire des vocalises en enregistrant. Le lendemain je me suis réveillée à mon hôtel, j’ai réécouté et je me suis dis… hey c’est pas si mal en fait, ça pulse. J’ai envoyé la maquette à Dorian à la Drogov’ah, et il m’a rappelée une heure plus tard complètement surexcité en me disant « Loom’e, c’est de la bomba ton morceau ! Amènes toi au studio, on va mettre ça au propre ». Et c’est partis comme ça.

Lerry Ardixon : Ouais, à tel point que le morceau a déjà été repris et remixé sur l’holonet. J’ai même entendu un mix de 22 minutes qui tourne en ce moment au Cabaret Nocturne dans le quartier rouge.

Loom’e : Et c’est très bien comme ça. Faire danser les gens, ça me va aussi.

Lerry Ardixon : On confirme, ils sont en transe. Loom’e vous connaissez le principe du show, je vais vous poser une question très emmerdante, vous avez le loisir de répondre sans détour, ou vous prenez votre jocker. C’est bon pour vous ?

Loom’e : Ah, je croyais que c’était déjà fait ça. (rires).

Lerry Ardixon : Non, je garde toujours mes missiles thermiques pour la fin (rires). Alors… dites-moi Loom’e… 

Loom’e : … 

Lerry Ardixon : …avez-vous oui ou non travaillé comme agent double pour l’empire au sein de l’espace républicain avant Zakel ?

Loom’e : Ca y est… c’est repartis. (rires) Non Lerry, jamais.

Lerry Ardixon : Hum hum… pourtant, un agent impérial apparaissant sous le nom de code de « Scorpio » et portant la mention « Dolov’hian » entre parenthèse, a été évoqué dans un rapport à huis clos du conseil de guerre républicain, rapport datant de la période pré-zakellienne et rendu publique il y a seulement quelques mois. Tout ça est disponible sur l’holosite des archives du congrès. Je sais pas mais… moi « Scorpio », ça me fait penser à votre petit tatouage là. Alors, c’est quoi ce qu’il y a dans ce rapport ? Une erreur de typo ? (rires)

Loom’e : Eh bien… comme nous l’avons évoqué tout à l’heure, mon père et mon frère ont fait carrière dans l’armée, j’imagine que ce rapport faisait référence à l’un d’eux. 

Lerry Ardixon : Ah Loom’e… J’ai là un document impérial déclassifié qui… nan j’déconne. (rires)

Loom’e : Han… ça m’étonnait aussi, on gardait rien en général. Hu hu.

Lerry Ardixon : Wooooh…Okay ! (rires ) Loom’e, merci d’avoir joué le jeu. Avant de nous quitter ma belle, des projets de concerts en vue ?

Loom’e : Oui, on va se produire durant quelques semaines sur Shaddaa, dans des petites salles principalement, ce sera assez intimiste, donc les places risquent de partir assez vite. J’ai pas encore les dates précises, mais ce sera dans le mois qui va suivre vraisemblablement.

Lerry Ardixon : Fantastique, on manquera pas de se tenir au courant. On vous laisse vous installer avec vos musiciens Loom’e, vous allez nous interpréter 0667 strates en direct, le premier titre de votre nouvel HD ! Merci encore Loom’e d’avoir passé ce moment avec nous et bonne continuation. Salut les shaddiiiiiiens ! (applaudissements) 

Musique : Boy Harsher /  Morphine -  Motions – Modulations

 

Une étude comparative sur la composition de la clientèle de la Pente Glissante / 23ATC

pente glissante

Une étude sociologique comparative sur la composition de la clientèle de la Pente Glissante, l’une des cantinas de luxe autrefois la plus prisée de Nar Shaddaa mais dont la fréquentation est revue à la baisse ces derniers temps a été demandée par l’ASDB (association shaddienne des débits de boissons) afin de mettre en exergue les liens entre niveau social et économique, origines culturelles et baba’O'hutt. Il en résulte que la clientèle de la cantina sus-nommée est composée comme suit :

camembert
70 % de clientèle féminine (ceci reste sujet à caution), souvent habillée en majorettes et affichant de façon ostentatoire sa préférence pour le même sexe tout en discutant coiffure et chiffons.
10 % de clientèle masculine dépressive n’ayant rien à raconter (on reconnait cette catégorie à sa coupe de cheveux caractéristique, en général une large mèche tombante dissimulant une partie du visage, façon Bouvier des Flandres).
10 % de clientèle des deux sexes ayant hélas des choses à dire compte tenu de sa maîtrise très relative du basic.
5 % de clientèle des deux sexes errant sans but de la promenade à la cantina (les théoriciens du complot disent qu’il s’agit d’hologrammes installés par la direction afin de palier à la baisse de fréquentation).
5 % de clientèle des deux sexes d’un niveau culturel supérieur et faisant preuve d’une certaine imagination (cette dernière catégorie tend malheureusement à se réduire comme peau de chagrin).

On comprend dans ces conditions les raisons de la baisse de fréquentation de cet établissement autrefois réputé et la direction de la Pente Glissante, qui a pris connaissance de l’étude s’est montrée très concernée par ce résultat et à dors et déjà fait savoir qu’elle allait mettre les bouchées doubles pour ne rien faire.

L’ambassadeur Silus Mongeï de Neimoïdia et sa délégation attendue sur Nar Shaddaa / 23ATC

nemoidien

Une importante délégation neimoïdienne conduite par l’ambassadeur Silus Mongeï, est attendue demain sur Nar Shaddaa afin de finaliser un accord commercial avec le Cartel des Hutts. L’accord en question, prévoyant l’importation de droïdes destinés à la récolte complexe et délicate des champignonnières de Deko Nemoïdia, avait été initié il y a quelques mois mais avait bien faillis capoter suite à la campagne de sape d’une corporation corellienne spécialisée dans le même type de droïdes et qui entendait bien obtenir l’appel d’offre. La délégation, cordialement invitée par les Hutts, sera logée au luxueux complexe hôtelier du casino Vertica et prise en charge pour une visite des festivités que propose la lune avant d’être conviée à une fête privée dans un des palais Hutt. La soirée devait initialement se dérouler sur une barge flottante, mais compte tenu de l’accident tragique survenu il y a quelques jours, il a été décidé dans l’urgence de déplacer le lieux des réjouissances. L’accord, qui comprend la vente d’un stock de 50 000 unités de droïdes mis au point par des ingénieurs du secteur Duros de Nar Shaddaa ainsi que les contrats de mise en oeuvre et de maintenance sur place, devrait rapporter au Cartel des Hutts près de 75 millions de crédits galactiques.

Une livraison sur Nal Hutta tourne au cauchemard / 23ATC

jeegunaa

Dans la nuit, un cargo en provenance de Ryloth et qui devait se docker à l’astroport de Jiguuna s’est crashé à la périphérie de la ville, dans une zone marécageuse. L’équipage, un couple de chasseurs qui transportait un gros spécimen de doashim censé être livré à Nemro le Hutt, a périt dans le crash. La créature, excitée par la violence du choc, en a profité pour s’extirper de sa cage et s’enfuir dans les marais environnant, après avoir fait un carnage dans un village evocii situé non loin. D’après les communications radio enregistrées juste avant le drame, il semble que le doashim causait déjà quelques soucis aux chasseurs chargés de la livraison, si on en croit les grognements gutturaux et les cris en provenance du cockpit. Le doashim, rappelons le, est une créature très agressive et brutale, et un prédateur des plus redoutables. Celui-ci est particulièrement gros et mesure environ 3 mètres de haut.

Nemro le Hutt a annoncé dans la foulée sur les canaux dédiés qu’il offrait une prime de 1000 truguts, soit 10 000 crédits galactiques pour la capture vivante du spécimen. Gageons que cette annonce alléchante devrait attirer les chasseurs de primes les plus audacieux sur Nal Hutta dans les heures qui suivent !

doashim

Un droïde vigile défaillant hors de contrôle ! / 23ATC

droide_network

Tôt dans la matinée, un droïde vigile armé qui faisait sa ronde dans le secteur du Carrefour des Réseaux de Nar Shaddaa a ouvert le feu sur les passants sans raison apparente. On dénombre trois victimes, dont deux morts et un blessé grave. Le droïde armé d’un fusil blaster a ensuite essuyé les tirs d’une patrouille qui terminait son service de nuit et un échange musclé s’en est suivi. Protégé par son blindage en duracier, le droïde est parvenu à prendre la fuite. Armé et dangereux, son code transpondeur a été communiqué et aux dernières nouvelles, il est toujours activement recherché. Quiconque l’apercevrait dans les prochaines heures est prié de contacter le QG de la sécurité du Carrefour des Réseaux au numéro suivant : 00654-889-SCR

Disparitions mystérieuses dans le secteur industriel / 23ATC

Complexe chimique3Ces dernières semaines, plusieurs géomètres chargés de procéder à la topographie d’une zone désaffectée du secteur industriel de Nar Shaddaa datant d’avant Zakel ont mystérieusement disparus. La zone en question, située au niveau -365 et regroupant plusieurs fonderies et infrastructures d’usinage avait été abandonnée il y a une dizaine d’années à cause de son instabilité suite à un séisme ayant causé à l’époque la mort de plusieurs ouvriers. L’équipe de géomètres était en contact avec leur contremaître resté en surface, mais il semble que les communications aient été coupées peu de temps avant leur disparition. Une équipe de secouristes assistée de droïdes excavateurs a été dépêchée sur place pour tenter de retrouver les disparus, mais sans succès jusqu’ici. Il semble cependant qu’aucun effondrement de structure ne soit survenu lors de l’exploration de la zone par les géomètres, et leur disparition reste par conséquent un mystère. Une casquette marquée au logo de la compagnie à laquelle appartiennent les géomètres aurait toutefois été retrouvée près d’un conduit d’aération. On sait que certains groupes de parias réputés dangereux évoluent dans ces lieux désertés et oubliés de tous, et il n’est pas impossible que les infortunés techniciens aient fait une mauvaise rencontre lors de leur mission. 

La chanteuse Loom’e arrêtée pour vol / 23ATC

loome_arrestation

Dans la catégorie people, nous apprenons aujourd’hui que la chanteuse alderannaise Loom’e a été arrêtée à la sortie d’un complexe commercial de Nar Shaddaa par les vigiles alors qu’elle tentait de regagner son speeder parqué sur le toit en terrasse du bâtiment. Un peu plus tôt, les holo-caméras du centre commercial l’avait filmée en train de dérober un tube de rouge à lèvres et une cartouche de cigarettes aromatisées aux baies de Rishi. L’interpellation s’est envenimée lorsque la chanteuse s’est montrée agressive envers un des vigiles qui tentait de l’immobiliser pour la fouiller. Loom’e a ensuite été embarquée pour être interrogée et placée en détention provisoire. Le gérant du centre commercial, qui a porté plainte, s’est dit choqué par le comportement de la star qui s’est montrée particulièrement grossière à son encontre. Loom’e a cependant été relâchée rapidement après avoir payé sa caution. Un jugement sera rendu dans les semaines qui viennent.

Une barge de Nar Shaddaa s’écrase lors d’une soirée privée / 23ATC

barge

C’est la nuit dernière qu’une barge de Nar Shaddaa s’est écrasée sur une zone résidentielle suite à une avarie de propulseurs. Tandis qu’une fête privée organisée par un industriel Shaddien battait son pleins, la barge semble avoir eu un problème de propulseur suivi d’une panne générale de ses stabilisateurs. La barge a alors traversé une file aérienne de speeders circulant à grande vitesse, occasionnant un accident sérieux avec plusieurs véhicules. En proie à la panique, certains occupants de la barge ont été précipités dans le vide, alors que celle-ci amorçait sa chute vers une zone résidentielle située en contrebas. On déplore 48 victimes, dont la mort du champion de Huttball, Phileon Kludd, présent à la soirée. Une enquête a été ouverte pour tenter de déterminer l’origine de la panne et pour savoir si la responsabilité de l’entrepreneur gérant la maintenance des barges flottantes de Nar Shaddaa est en jeu. Interrogé par NovaHolonews, Monsieur Mopp, le gérant, a déclaré toutefois que la barge en question avait été rachetée par des fonds privés et que celle-ci ne faisait plus partie du parc géré par ses équipes depuis plusieurs mois.

Assassinat du professeur Karl Korgoz / 23ATC

Korgoz

On signale la mort du docteur Karl Korgoz, riche héritier d’une famille aristocrate d’Alderande qui avait fait fructifier sa fortune en investissant dans diverses corporations oeuvrant dans le domaine médical. Le docteur Korgoz a été retrouvé assassiné dans un bureau d’une tour de Coruscant, visiblement exécuté à distance par un tir précis de blaster longue portée.

On sait que la victime, mandatée par le ministère de la santé de Coruscant, était en négociation pour obtenir un contrat d’import export de Kolto avec Manaan, contrat qui devait alimenter l’approvisionnement d’un certain nombre d’hôpitaux militaires républicains récemment construis dans la capitale des mondes du noyau. Karl Korgoz avait également été approché il y a quelques temps par le ministère de la guerre de Dromund Kaas afin de mettre en place un protocole d’alimentation en kolto pour un certains nombre de poste avancés militaires impériaux Tarisiens. Il semble que le protocole n’avait cependant pas aboutis.

Il est de notoriété publique que la famille Korgoz a eu dans le passé certaines accointances avec l’Empire. Après la mort de son père, le Docteur Korgoz avait réorienté l’organisation des avoirs de sa famille et s’était recentré politiquement, n’hésitant pas à afficher ses tendances républicaines au travers de différents accords commerciaux. Certaines rumeurs affirment aussi que Karl Korgoz ne se contentait pas que de faire des affaires et qu’il expérimentait également en secret certaines techniques d’ingénierie génétique afin de mettre au points divers traitements révolutionnaires.

Sa mort tragique a t’elle été perpétrée par un tueur à la solde de l’Empire ? A moins que son assassinat ne soit lié à ses mystérieuses recherches ? Quoiqu’il en soit, une enquête est déjà en cours, mais il est évident que cet assassinat va malheureusement sinon annuler, tout au moins ralentir considérablement le processus de négociation avec Manaan concernant l’acheminement en kolto.

Un concert très privé piraté / 23ATC

ozgo

Ces derniers jours, une piste audio piratée de quelques minutes de la chanteuse Loom’e a circulé sur l’holonet, accompagnée d’holophotos de l’artiste se produisant sur scène. Immédiatement réuploadées sur le réseau par milliers d’exemplaires, on y entend la chanteuse y interpréter son dernier titre en compagnie de ses musiciens et de ses choristes lors d’une soirée très privée dans un palais de Nar Shaddaa, soirée qui eu lieu très récemment sur l’instigation du puissant Ozgo le Hutt. Les rumeurs des tabloïds locaux racontent que cette fête donnée par Ozgo fut d’un grand faste et que nombre de célébrités du monde sportif, artistique et des affaires y ont assistés, tandis que l’alcool et l’épice coulait à flot.

La Drogov’ah Mix Box, le studio du quartier rouge produisant la chanteuse depuis plusieurs années, et propriété de Drogo le Hutt, n’a pas jugé bon de faire retirer le fichier piraté, et il va sans dire que cette piste audio visiblement enregistrée côté public, va devenir un collector pour les fans. 

Musique : Róisín Murphy – Overpowered Live

live1

live2

Loom’e sous dépendance ? / 23ATC

Après une tournée triomphale avec le compositeur et arrangeur Dorian K dans les mondes du noyau, la chanteuse Loom’e s’était retirée dans sa propriété de Coruscant avant de prendre une retraite prolongée sur Alderande, sa planète natale.

On se souvient de certaines rumeurs ayant couru ces derniers mois disant que l’artiste était tombée en dépression, et qu’elle avait été hospitalisée suite à un coma lié à la prise de stupéfiants mélangés à un traitement médicamenteux qui lui est administré de longue date. Difficile de démêler le vrai du faux dans ces rumeurs, puisque la chanteuse s’était montrée inaccessible et n’était pas réapparue devant les holos-cam depuis sa tournée l’année dernière.

C’est donc à leur grande surprise que ses fans ont vu apparaître un nouvel holoclip ces derniers jours sur l’holonet. On y voit la chanteuse transfigurée évoluant dans un décor urbain industriel en trafiquante d’épice, le visage augmenté de cybernétique high tech.

Il est permit de penser que les rumeurs qui couraient au sujet de l’artiste ces derniers mois avaient finalement peut-être un fond de vérité puisque le morceau traite de l’addiction et de la perte de contrôle. Une addiction à la drogue et à la technologie, mixé dans un savant mélange de pop acidulée industrielle ou les boucles synthétiques et la voix groovy se mêlent au rythme percutant de la grosse caisse. A moins que ce ne soit là qu’un clin d’oeil ironique de l’artiste aux potins relayés par la presse à scandale ?

jaquette3

Musique :  Overpowered - Róisín Murphy 

 

Farewell Princess

5d91d6489168017f50e8e417a8d0593a - Copie

Carrie Fisher 

21 octobre 1956 – 27 décembre 2016

Les Artisans d’Anachore


aaa

Loom’e et les Artisans d’Anachore vous souhaitent un Joyeux Jour de Vie ! / 22ATC

Le calendrier de Kelona des Artisans d’Anachore est sortis !

loome_calendar - Copie

Pop Culture : Dorian « K » aime Loom’e / 22ATC

loome_dK

Après une longue période d’absence, Loom’e semble être de retour sur Nar Shaddaa. La diva de la pop a signé une nouvelle fois avec la Drogov’ah Mix Box, le célèbre studio du quartier rouge qui l’avait lancée il y a 7 ans. Loom’e a eu la gentillesse d’accorder une interview à Nova Holonews malgré un emplois du temps chargé, pour évoquer la sortie de son triple HD sur l’holonet. 

Nova Holonews : Merci de nous accueillir dans votre suite du Royal Arkôtel Loom’e. Vous aviez disparue de la scène depuis quelques temps déjà, et il est vrai que les événements survenus dans la galaxie ont chamboulés bien des agendas (rires). Vos morceaux sont toujours très plébiscités sur l’holonet et vous revenez aujourd’hui pour la sortie d’un triple HD, produit par l’enfant terrible des nuits de Nar Shaddaa, j’ai nommé Dorian « K ». Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Loom’e : Eh bien, nous avons commencé les répétitions il y a 2 mois environ. J’avais rencontré Dorian quelques temps auparavant lors de ma reprise de contact avec la Drogov’ah, et le courant est tout de suite passé entre nous.

Nova HoloNews : Trois titres donc, orchestrés, mixés et composés par Dorian « K ». Enfin, pas tout à fait devrais je dire. Loom’e, je crois que… l’un des titres vous tient particulièrement à coeur n’est ce pas ? Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

Loom’e : Oui,  je suis en l’effet l’auteur de l’un des morceaux. C’est un peu une première pour moi et je suis vraiment heureuse que la Drogov’ah ait été emballée à l’idée de le produire. Bien sûr, Dorian m’a été d’une grande aide sur ce titre aussi car il a tenu, comme vous le disiez, à l’orchestrer et à le mixer lui-même. Je crois que j’ai beaucoup de chance sur ce coup là.

Nova Holonews : Oui, et moi j’ai eu la chance d’entendre un bout des répétitions le mois dernier lorsque vous étiez en studio et je dois dire que les quelques moments d’écoute m’ont vraiment fait vibrer. Il y a beaucoup d’émotion dans le titre que vous avez écris, et cela donne une image assez différente de la Loom’e plus groovy et décalée que nous connaissions jusqu’ici n’est ce pas ? 

Loom’e : Oui, je crois que ce titre est un peu une synthèse de mon expérience avec les autres… avec les mondes que j’ai visité. Je ne porte pas de jugement, mais j’essai simplement d’exprimer ce que ça m’inspire quand je me retrouve seule et que je me mets à penser à tout ça. Et il va sans dire que je m’inclue dans le lot bien sûr.

Nova Holonews : C’est une vision assez sombre malgré tout, assez tragique ?

Loom’e : Non, je ne crois pas non… tous autant que nous sommes, nous sommes composés des mêmes particules, d’un bout à l’autre de la galaxie, et tous autant que nous sommes, nous tentons d’exister. Certains y parviennent mieux que d’autres, parfois avec des moyens discutables c’est vrai, mais au final c’est la même force primitive qui nous anime.

Nova Holonews : J’ai l’impression en vous écoutant que vous avez acquis une certaine maturité, ou en tous cas, un certain recul sur les choses.

Loom’e : Oui peut-être, j’ai dû prendre quelques années comme tout le monde (rires). 

Nova Holonews : Loom’e, j’aimerais évoquer avec vous la « cover » de l’holodisc, qui en est l’auteur ?

Loom’e : Elle est signée par Kora Mikoon, une photographe très talentueuse de Shaddaa découverte par la Drogov’ah. J’ai eu très envie de travailler avec elle. Et oui, nous avons du faire poser un Hutt pour les séances de shoot (rires).

Nova Holonews : Cela en valait la peine. Pour terminer Loom’e, j’aimerais savoir si une tournée sera prévue dans les prochains mois ? 

Loom’e : Je l’ignore encore, avant ça nous devons tourner au moins un holoclip, assurer la promo, ce que j’ai déjà commencé à faire visiblement (rires), après il se peut que je remonte sur scène, ce n’est pas l’envie qui m’en manque en tous cas.

Nova Holonews : Eh bien nous espérons tous que ce sera le cas. Merci beaucoup de nous avoir reçus Loom’e, et bonne chance pour la suite !

Loom’e : Merci à vous. 

Voici donc en écoute les 3 nouveaux titres sur Nova Holonews ! Les 2 premiers, composés par Dorian « K », nous livrent une musique nerveuse aux sonorités expérimentales ou la voix de Loom’e nous entraîne dans les affres d’une époque d’incertitude. Le dernier titre, composé par la chanteuse, nous livre un morceau à la beauté glacée et à l’orchestration impeccable. Les holos-syntroniseurs dispensent leurs nappes synthétiques et accompagnent la voix puissante et posée de la chanteuse qui brosse ici un portrait de la galaxie à la fois lucide et émouvant.

loome_cover

Musique : Moloko/Róisín Murphy 

 

 

Rixxo Dhun compose pour Loom’e / 17ATC

ortolien

Un nouveau titre composé par le célèbre ortolien Rixxo Dhun vient de sortir sur l’holonet. La sulfureuse chanteuse Loom’e, connue autant pour ses précédents titres que pour ses frasques relatées dans la presse mondaine de Nar Shadda a prêté sa voix au morceau à la fois groovy et entêtant, soutenu par la corne Kloo de Darn Krido et les claviers acidulés de Seela Kumpii. Produit comme les précédents titres par la Drogov’ah Mix Box, ce nouveau morceau marque le retour de la chanteuse au passé trouble sur le devant de la scène artistique de Nar Shaddaa.

jaquette2

« Pure Pleasure Seeker – Moloko »

 

 

 


12


Sawo Copper |
Rodolpheanniversaire |
Singapore plumbers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Celiouf
| Apks
| PokéLand, le blog des Pokém...